société
7 avril 2015

Qui osera dégonfler la sphère publique ?

La France croule sous le poids des prélèvements obligatoires et se maintient à un niveau record qui collectivisent notre économie. 45% de prélèvements obligatoires du PIB pour une moyenne de 34% dans l’OCDE ! Les entreprises étouffent sous le carcan fiscal et social des prélèvements malgré la mise en place du CICE.

 

Notre pays continue à dépenser plus qu’il ne gagne avec un euphorisant qui cache une partie de la vérité ; les taux de l’argent au plus bas.


Les pays qui nous entourent nous montrent la voie à suivre. Allemagne, Angleterre font mieux avec moins. Pour retrouver le niveau de l’Allemagne il nous faut faire un effort constant sur plusieurs années de 250 milliards d’après Xavier Fontanet. Est-ce possible ? oui mais difficile.

Départements, régions, état qui se mêlent de tout, « mille-feuille » administratif qui continue à embaucher et qui ensuite augmente leur fiscalité pour combler leur déficit. Alerte, alerte !

Qui osera ? Une gauche empêtrée dans ces contradictions, des droites qui ont contribué à cette dérive, des élus (droites et gauches) qui sont d’abord des fonctionnaires ; nous pouvons douter de la volonté d’y arriver en période électorale.

En tant que chefs d’entreprises nous devons donner l’exemple et accepter par exemple d’avoir moins d’aides avec moins de prélèvements. Nous devons nous poser la question du coût de fonctionnement de nos chambres de commerce et des prélèvements qu’elles opèrent sur nos entreprises. N’est-ce pas des chefs d’entreprises qui votent leurs propres prélèvements ? Pour être crédibles dans nos revendications montrons le bon exemple.

Engageons-nous auprès des politiques et contribuons à les faire changer. C’est pas gagné mais il faut agir vite.