société
19 octobre 2015

Ils ont tué le transport ferroviaire !

La stagnation puis le déclin du transport ferroviaire en France n’est pas récente.Seuls des politiques mal renseignés ou tendancieux  continuaient encore récemment à se gargariser d’expressions savamment orchestrées ; report modal, autoroute ferroviaire, transports durables, alternative au tout routier, mettre les camions sur des trains etc… 

 

Nos clients industriels ont fermé leur embranchement privé en voyant venir le désastre d’un service public défaillant et coûteux. 

En 2013 l’exécutif européen alors dirigé par José Manuel Barroso a essayé de taper fort pour boucler la libéralisation du rail déjà décidée dès … 1991.

L’Europe vient de reculer sur la mise en place d’une vraie concurrence ferroviaire. Seuls deux pays, le Royaume Uni et la Suède, ont réussi à aller loin en privatisant leur opérateur national tout en ouvrant le marché à des acteurs privés. La concession de service public est une bonne solution. Utilisée au Royaume Uni, elle reste limitée en France aux transports urbains.

 

La France a aussi fait marche arrière sur un autre point. Après 18 ans de séparation RFF et SNCF ont de nouveau retrouvé leur « grande SNCF ». Pour le bénéfice de qui ?

Autre mauvais coup, l’abandon de l’autoroute ferroviaire atlantique Calais- Les Landes au printemps dernier. Longtemps supporté par le gouvernement, ce projet a été peu rentable et dangereux pour les finances publiques de l’Etat.

 

L’Allemagne a partiellement réussi à ouvrir son réseau à la concurrence. La Deutsche Ban ne gérant plus que 75% de son réseau régional.

Profitant de la tendance qui consiste en Europe à protéger les réseaux des petits pays, la France en profite pour éviter la concurrence donnant raison à la majorité des syndicats. CGT et SUD sont rassurés, ils vont pouvoir bénéficier d’une véritable protection dans leur réserve d’indiens.

 

Tant pis dès 2007 une tentative de libéralisation du fret avait mis en évidence des coûts d’exploitation de la SNCF un tiers plus élevés que la concurrence.

Qui protège-t-on ? Qui paiera le surcoût ? Prépare-t-on vraiment nos industriels à la concurrence ?

Désastre annoncé au moment de la COP21, est-ce normal ?

Nous nous consolerons en remontant nos trains électriques d’enfance pour nos petits enfants !