société
5 février 2016

LE ROBOT AU SERVICE DE L'HOMME

Avoir peur de la robotisation de certaines tâches actuellement réalisées par l'homme est la pire attitude à avoir.

 

Il est exact que parler de robotisation, d'automatisation avec un niveau de chômage record en France n'est pas facile.

 

Mais continuer à prendre du retard en la matière serait catastrophique pour notre industrie. Il est intéressant de noter que les pays industrialisés les plus robotisés sont aussi ceux qui ont un niveau de chômage parmi les plus bas; Japon, Etats Unis, Allemagne, pour ne citer qu'eux.


La prochaine révolution industrielle passe par les robots.Entre 2013 et 2014, la vente de robots a augmenté de 30%.

 

Le marché global est évalué à 32 milliards de dollars. Selon Bank America Merrill Lynch, les robots pourraient assurer 45% de la production industrielle en 2025 contre 10% actuellement.

 


L'enjeu est considérable en cumulant l'accroissement de l'efficacité de 30% tout en abaissant le coût du travail de 18 à 30%. Certains observateurs prédisent que 47% des emplois américains pourraient être automatisés d'ici 2020.


Dans ce panorama la robotique collaborative se présente comme une révolution dont les racines technologiques sont différentes. Cette approche associe la performance, l'intelligence de l'homme avec la rigueur du robot. Les robots collaboratifs font tomber les barrières physiques entre le robot et l'opérateur. Les chaines de production peuvent ainsi s'adapter et se reconfigurer plus facilement autour de l'homme acteur et programmateur. Le robot collaboratif permet d'automatiser des tâches qui ne l'étaient pas jusqu'ici par manque de retour sur investissement; le fameux ROI.


Le robot collaboratif va permettre l'automatisation des PME/TPE qui n'avaient pas les moyens ou les volumes suffisants.


Changeons notre regard sur le robot; il évite les tâches ingrates et répétitives et libère l'opérateur pour des missions plus nobles et à plus forte valeur ajoutée.